Faut-il prévoir des diagnostics contradictoires lors de l'achat d'un bien immobilier à Draveil ?

Partager sur :

L’acheteur est libre de faire entreprendre des diagnostics contradictoires avant de conclure l’achat d’un bien immobilier à Draveil. En quoi cela consiste-t-il ? 

Qu’entend-on par diagnostics immobiliers  contradictoires ? 

Les diagnostics immobiliers sont des expertises conçues pour connaître l’état réel d’un bien immobilier. Ils sont réalisés à la demande du propriétaire-vendeur. 

Les diagnostics contradictoires sont les mêmes diagnostics techniques que ceux entrepris par le vendeur, mais réalisés dans un second temps sur ordre de l’acheteur. On les qualifie plus de contre-expertises, car elles vérifient le contenu des premières évaluations remises. 

Quand faut-il faire des diagnostics contradictoires ?

Les diagnostics contradictoires doivent être réalisés avant l’acquisition d’un bien immobilier. Ils ne sont pas obligatoires, mais ils peuvent être judicieux lorsque certains diagnostics ont été réalisés par le propriétaire ou lorsque leur échéance est proche. Si possible, planifiez-les au cours du délai de rétractation pour pouvoir réagir rapidement en cas d’erreurs. Vous pouvez alors tout annuler ou renégocier le prix de vente. 

Si l’achat a déjà été conclu, les contre-expertises peuvent être entreprises au cours des 12 mois qui suivent la signature de l’acte de vente. En cas d’erreurs détectées à ce stade, l’acheteur peut toujours avoir recours. Il peut exiger réparation auprès du vendeur à cause du préjudice subi ou annuler l’achat lorsque les erreurs constatées sont trop importantes et rendent le bien impropre à son usage normal. 

Qui prend en charge les diagnostics contradictoires ? 

Les diagnostics contradictoires sont à la charge de l’acheteur. C’est lui qui décide ou non de les réaliser. C’est lui qui contacte les diagnostiqueurs de son choix, mais il doit s’adresser à des professionnels, autres que ceux mandatés par le vendeur. 

Il doit prévoir un certain budget, car même s’il s’agit de contre-expertises, le coût des diagnostics reste le même que ceux des premières expertises remises par le vendeur. L’acquéreur n’est pas obligé de tout faire refaire, donc à lui de voir quels diagnostics méritent d’être refaits.